TC Transcontinental | Bâtir l’économie circulaire du plastique

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

En tant qu’entreprise citoyenne responsable et chef de file nord-américain en emballage souple, TC Transcontinental est déterminée à jouer un rôle actif dans la création d’une véritable économie circulaire du plastique, ici, au Québec, dans l’est de la ville de Montréal. L’entreprise québécoise s’est fixé des objectifs ambitieux pour 2025, notamment que 100 % de ses emballages plastiques soient recyclables, compostables ou réutilisables, en plus d’atteindre un taux d’utilisation moyen, en poids, de 10 % de matières recyclées postconsommation dans tous ses emballages plastiques. Ceci représente près de 16 000 tonnes de déchets plastiques détournés de l’enfouissement chaque année!

Pour atteindre ses objectifs, TC Transcontinental souhaite devenir un acheteur stratégique de plastiques usés afin d’intégrer verticalement le recyclage des plastiques dans sa chaîne de production d’emballages au Canada, aux États-Unis et en Amérique latine. En 2020,
TC Transcontinental a d’ailleurs marqué un premier jalon important dans la mise en œuvre de cette stratégie d’économie circulaire avec la création d’un nouveau groupe Recyclage au sein de ses activités d’emballages, ainsi qu’avec l’acquisition des actifs d’une entreprise de recyclage dans l’est de Montréal.

La nouvelle usine de recyclage de TC Emballages Transcontinental, à Anjou, est maintenant en activité et la production de résine recyclée est amorcée. TC Transcontinental recherche donc certains plastiques souples en polyéthylène provenant de sources industrielle, commerciale ou agricole. « Nous lançons un appel aux entreprises québécoises qui génèrent ce type de plastiques usés, explique Sylvain Levert, vice-président principal, Groupe Recyclage. Nous souhaitons développer des partenariats locaux pour répondre à nos besoins en approvisionnement, mais aussi afin d’accélérer la recherche de solutions innovantes pour améliorer le recyclage des plastiques souples, ici, au Québec ».

 

Des retombées concrètes dans plusieurs secteurs

À ce jour, les activités de recyclage de l’entreprise permettent déjà de produire de la résine de plastique recyclé pouvant être insérée dans des produits de consommation n’ayant aucun contact avec de la nourriture. Par exemple, c’est le cas pour le sac du Publisac qui est fait à
100 % de plastique recyclé et qui est utilisé pour la distribution hebdomadaire de journaux et de circulaires aux Québécois et Québécoises, sauf à ceux qui exercent leur droit de retrait. De plus, un nouveau film thermorétractable fait à 30 % de plastique recyclé pour les caisses d’eau pétillante AHA© de Coca-Cola a également été développé et mis en marché dans certains états américains. Forte de ces succès, TC Transcontinental souhaite aller encore plus loin.

« La majorité de nos emballages sont destinés au marché de l’alimentation : l’un de nos objectifs est donc de fabriquer une résine recyclée approuvée pour l’utilisation alimentaire, confirme Sylvain Levert. C’est pourquoi nous travaillons activement en recherche et développement afin de développer des résines recyclées qui répondent aux exigences de santé et sécurité d’organismes réglementaires comme Santé Canada ou la U.S. Food and Drug Administration, et ainsi pouvoir inclure du contenu recyclé dans les emballages alimentaires que nous produisons dans notre réseau ».

TC Transcontinental fera aussi d’importants investissements en 2021 à ses installations, notamment en ajoutant des équipements de sur-tri en amont de la ligne de lavage. Ceux-ci permettront de retirer les plastiques non désirés et autres contaminants, pour ainsi élargir les sources d’approvisionnement, produire une résine recyclée postconsommation de meilleure qualité et augmenter le volume de production. Ce projet est un exemple de geste concret, traduisant l’ambition de TC Transcontinental d’atteindre ses objectifs 2025 de développement durable et créer un centre d’expertise en économie circulaire des plastiques souples dans l’est de Montréal.

Sur le même sujet

Sujets à la une

Autres actualités

Profitez d’une plus grande visibilité

en publiant VOS articles sur le site de la CCEM!