La Chambre de commerce de l’Est de Montréal reçoit Christine Fréchette, ministre de l’Immigration, de l’Intégration et de la Francisation

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Montréal, le 21 mars 2024 – La Chambre de commerce de l’Est de Montréal (CCEM) a reçu le 18 mars dernier lors d’un dîner-conférence, Christine Fréchette, ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration. À cette occasion, la ministre a présenté les grandes orientations de la politique migratoire du gouvernement devant la communauté d’affaires de l’Est et de nombreux organismes qui œuvrent à l’accueil et à l’intégration des nouveaux arrivants.

« Considérant que près d’un tiers des travailleurs de l’est de Montréal sont issus de l’immigration, elle sera, avec la francisation et l’intégration, centrale à notre succès collectif sur le plan économique. Un meilleur arrimage de la politique aux besoins du marché du travail, une coordination intégrée de l’immigration temporaire et permanente, un renforcement de l’accueil et de l’intégration, ainsi qu’une meilleure coordination provincial-fédéral, sont essentiels. Il est également crucial d’investir davantage dans les zones de fort accueil des demandeurs d’asile, notamment dans l’Est, pour obtenir des résultats bénéfiques à la fois pour l’économie québécoise et pour les personnes issues de l’immigration. L’immigration, la francisation et l’intégration sont au cœur de l’avenir du Québec et nous avons besoin d’un leadership fort et rassembleur », a indiqué Jean-Denis Charest, président-directeur général de la Chambre de commerce de l’Est de Montréal.

« L’immigration joue un rôle crucial dans le dynamisme économique de l’est de Montréal. En favorisant l’intégration des nouveaux arrivants et en investissant dans les zones d’accueil, nous contribuons à renforcer notre économie et à offrir des opportunités de succès pour tous. De plus, en promouvant la francisation des immigrants, nous assurons la pérennité de la langue française dans la métropole, qui est un pilier central de notre identité et de notre culture québécoise. L’immigration, la francisation et l’intégration sont des piliers essentiels de notre avenir collectif, et nous sommes déterminés à assurer un leadership solide et inclusif dans ce domaine. » – Christine Fréchette, ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration du Québec 

La conférence de Madame Fréchette lors de son passage à la CCEM lui aura permis de mettre l’accent sur plusieurs constats et orientations de la politique du gouvernement du Québec :

  • L’immigration est non seulement une solution pour favoriser la préservation du français, mais aussi un moyen efficace pour atténuer la pénurie de main-d’œuvre et répondre aux besoins du marché du travail
  • Dans le cadre d’une stratégie visant à mieux cibler les besoins des entreprises, le gouvernement a mis en place un nouveau programme pour les travailleurs qualifiés qui sera lancé en novembre prochain. Celui-ci permettra une adéquation plus précise entre les demandes des entreprises et les profils des personnes immigrantes, répondant ainsi à la diversité des besoins du marché.
  • Un autre nouveau programme verra également le jour pour répondre à un besoin de repreneuriat qui touche 20 000 entreprises au Québec, le gouvernement voit dans l’immigration une opportunité pour pallier ce besoin. Les personnes intéressées seront accompagnées et doivent présenter un plan d’affaire viable.
  • Une nouvelle approche pour le Programme de l’Expérience Québécoise (PEQ) destinée aux diplômés étrangers permettant à autant de candidats qu’il y aura de demandes admissibles de s’établir de manière permanente au Québec. Cette approche, dite en continu, sera en vigueur pour les deux prochaines années, avec une estimation de 6 000 personnes par an qui viendront s’ajouter aux 50 000 admissions régulières du seuil d’immigration établi.
  • La création d’une passerelle pour faciliter le passage du statut d’immigrant temporaire au statut d’immigrant permanent pour faciliter la transition aux personnes qui n’ont pas un diplôme hautement qualifié.
  • De nouvelles exigences ont été intégrées dans l’ensemble des programmes de l’immigration pour que 93 % des demandeurs principaux connaissent le français à l’horizon de 2025. Au terme de 3 ans, les personnes qui ont un permis de travail temporaire doivent prouver des compétences en français pour pouvoir demander le renouvellement de leur permis de travail.
  • L’investissement de 165 millions de dollars dans la reconnaissance des compétences, cette somme permettra d’augmenter l’offre en formation pour les nouveaux arrivants désirant reconnaitre leurs acquis.
  • L’investissement de 73 millions sur 5 ans pour soutenir l’installation des personnes en région.
  • La réouverture de tous les bureaux régionaux de l’immigration, de la francisation et de l’intégration avec 10 directions régionales et 72 antennes partout au Québec. Le tout dans le but de favoriser l’intégration et l’enracinement des nouveaux arrivants partout au Québec et surtout dans les régions.
  • Un autre investissement de 400 millions de dollars sur 5 ans, annoncé dans le budget 2024-2025, sera destiné à la francisation et à l’accompagnement des organismes sur le terrain.

La ministre a également annoncé une nouvelle consultation parlementaire prévue en 2025 pour définir les futures orientations en matière d’immigration.

-30-

Sur le même sujet

Sujets à la une

Autres actualités

Profitez d’une plus grande visibilité

en publiant VOS articles sur le site de la CCEM!